Au quatrième jour de la Foire de Hanovre, une partie de la délégation du Québec a visité l’Institut d’automatisation et de communication, fondé en 1991 par l’Institut de recherche en ingénierie dans l’État de Saxe-Anhalt.

Sur le compte Twitter de la Chambre de commerce de Montréal, le président et chef de la direction, Michel Leblanc, a mis en ligne une vidéo sur l’importance de nos innovateurs sur l’échiquier mondial.

JOUR 4

Membre de l’association allemande pour la recherche industrielle Konrad Zuse eV et compte plus de 70 instituts répartis dans toute l’Allemagne. L’IFAK a son lieu d’activité dans le groupe de réflexion du port scientifique de Magdebourg.

Environ un tiers du trafic dans les centres-villes européens est consacré à la recherche d’une place de stationnement – ce qui n’est pas acceptable compte tenu du changement climatique et des niveaux de pollution de l’air actuels. De plus, un temps de recherche à peine calculable a un effet négatif sur PARK & RIDE, car un tampon de temps haut correspondant doit être planifié.

L’un de leurs projets est le projet PAMIR qui repose sur le nouveau capteur autoalimenté du partenaire de démarrage PARKHERE et qui permet de déterminer le statut d’occupation des emplacements de stationnements individuels. L’objectif général du projet est de permettre une planification de trajet plus réaliste lors du passage d’une voiture à un autre moyen de transport afin de permettre un déplacement plus confortable en fournissant un soutien approprier, par exemple une navigation vers une place de stationnement). Cela sera rendu possible par la combinaison des données microscopiques de stationnement en ligne avec une nouvelle prévision macroscopique de la situation du stationnement local (tenant compte des données météorologiques et de trafic, des événements, des vacances et des vacances) et de la réservation de places de stationnement. Les cas d’utilisation ciblés par le projet PAMIR incluent non seulement les transports en commun, mais également le covoiturage.

L’IFAK est impliqué dans la mobilité et la logistique dans les zones urbaines. L’accent est mis sur l’analyse et la solution des problèmes de mobilité liés à la planification logistique, c’est-à-dire l’analyse globale, la conception et le contrôle des systèmes et des processus (transport, manutention, stockage). Les besoins particuliers des cyclistes et des piétons « usagers de la route vulnérables » en matière de sécurité doivent être pris en compte non seulement dans la planification et le contrôle des transports municipaux, mais également dans le développement de systèmes d’assistance individuels et leur intégration dans des systèmes de transport intelligents.

À cette fin, des solutions spéciales pour cyclistes et piétons sont recherchées et développées, par exemple au moyen de la technologie Car2X. L’utilisation alternative de bicyclettes électriques relativement petites et sans émissions est particulièrement adaptée à la livraison ou à la collecte d’expéditions sur le « dernier kilomètre ». En raison de la capacité et de la portée de stockage réduites, des ajustements sont nécessaires, à la fois pour la planification de l’emplacement et le dimensionnement de points de transbordement supplémentaires (par exemple, des microdépôts – idéalement connectés à des stations de collecte en libre-service neutres 24 heures sur 24) ainsi que pour la planification d’itinéraire.

À cette fin, des méthodes de solution mathématiques pour optimiser les emplacements et les itinéraires sont appliquées et affinées. Ainsi, les objectifs et les contraintes correspondants ne sont respectivement pas décrits en fonction de la distance, mais aussi de la consommation d’énergie ainsi que des procédures de chargement de la batterie, car elles sont particulièrement pertinentes pour les véhicules électriques à batterie.

Parmi les autres sujets de recherche et de développement de l’IFAK :

  • Routage et navigation des piétons en zone urbaine;
  • Enregistrement d’occupation et réservation de places de stationnement dans les zones urbaines;
  • Analyse et simulation des vitesses maximales réduites (« limitations de vitesse ») des poids lourds sur autoroutes (en ce qui concerne les effets sur les émissions de gaz à effet de serre et les coûts de transport);
  • Planification logistique du commerce régional en ligne dans les zones rurales économiquement sous-développées;
  • Études de faisabilité sur l’utilisation potentielle future de navettes autonomes (« autonomes ») dans les zones suburbaines et rurales.

Au terme de la visite, la délégation a pu tester un scanneur qui arrête automatiquement une machine si on s’approche trop près de celle-ci, afin d’éviter des blessures dangereuses.

Pour terminer la quatrième journée, la délégation québécoise s’est dirigée vers l’entreprise helvético-suédoise, ABB, dont le siège social est à Zurich en Suisse et dont elle joue un rôle majeur dans les technologies de l’énergie et de l’automatisation.

Lors de leur démonstration, ils ont présenté un robot qui peinture et dont il peut changer les couleurs en quelques secondes. Si le niveau de la peinture diminue ou que le scanneur intégré démontre une quelconque défectuosité, le tout s’arrête automatiquement.

L’autre démonstration était des robots collaboratifs qui aidaient une employée à fabriquer des montres et si cette dernière touche malencontreusement le robot, la production s’arrête pour éviter tout risque de blessure.

ABB a également inventé un capteur qui s’attache à un moteur, celui-ci connecté grâce au Bluetooth détecte les vibrations anormales ou encore la température dégagée par le moteur pour empêcher les bris. Aucun câblage n’est nécessaire. À l’aide d’algorithmes peaufinés, le capteur relaie les informations de santé du moteur jusqu’à un serveur sécurisé, via un téléphone intelligent ou directement sur Internet. Cette solution permet de transformer une multitude de moteurs en dispositifs intelligents capables de bénéficier de services intelligents.

IMAGES

Voici en images un panorama de la quatrième journée à la Foire de Hanovre en Allemagne.