Au Marché Bonsecours de Montréal a lieu ce 18 février le Datavore 2020. Le succès y est confirmé dès son ouverture. La file d’attente pour assister à cet événement était une belle preuve du caractère incontournable d’un tel rendez-vous.

Après le mot de bienvenue prononcée par Stéphane Bourbonnière, PDG du Réseau Action TI, Djamal Abide de IBM-LGS a souligné que 90 % des entreprises souhaitent investir dans leurs données à court terme. Selon lui, l’intelligence des affaires va continuer, mais le plus grand défi restera de trouver les bonnes personnes avec les bonnes compétences pour traiter les données afin d’assurer une stratégie gagnante.

Par après, le président d’honneur de Datavore 2020 et CEO chez Scale AI, Julien Billot a pris la parole en annonçant avec véhémence que l’intelligence artificielle se déploie sur le terrain et c’est le premier sujet discuter au sein des dirigeants.

« Il faut prendre le train », a-t-il mentionné à plusieurs reprises. Selon Julien Billot, les entreprises doivent embarquer dans l’intelligence artificielle au même titre de l’époque où Internet est arrivé et les opportunités sont immenses.

Scale AI qui finance des projets à travers le Canada, a une approche en co-innovation, soit un écosystème de synergie pour développer l’intelligence artificielle au Québec et au Canada. De plus, les entreprises financées travaillent avec de plus petites entreprises pour stimuler le travail collectif.

À l’heure actuelle, 14 projets ont été financés pour 82 M$, d’ici quelques mois, ce seront 150 M$ qui seront investis.

Pour terminer, Julien Billot, la faiblesse de Montréal c’est le financement des entreprises, car le piège qui existe est que les entreprises québécoises se fassent racheter par des entreprises américaines et ainsi créer de la valeur ailleurs au Canada.

« Les entreprises doivent travailler en réseau et en collaboration », a-t-il conclu.