Nous venons d’apprendre que le célèbre journal The Guardian n’accepterait dorénavant plus les publicités des compagnies pétrolières et gazières. Une première dans le monde des médias qui devrait faire boule de neige.

Dans le communiqué on pouvait lire : « Depuis trop longtemps, des géants des carburants fossiles comme BP et Shell, qui causent notre urgence climatique, ont pu s’en sortir en faisant de l’écoblanchiment tout en investissant 97% de leur chiffre d’affaires dans le pétrole et le gaz ».

Pendant ce temps, du côté de nos médias régionaux nous avions la chance d’avoir une autre couverture mur à mur d’une conférence de presse sans aucun intérêt organisé par le célèbre mouvement « Je crois en ma région » qui fait la promotion des projets industriels dans notre région comme les curés qui, à l’époque, nous demandaient de croire au risque d’être condamné à l’enfer !

Plus ça chance et plus c’est pareil !

Pendant qu’ailleurs dans le monde les économies virent au vert, ici on se divise autour d’une vision d’un autre temps pour le développement de notre région et tout ça avec la complicité des médias.

Quand ce n’est pas ça, on nous fait un 100e article sur un projet d’ « aréna » censé dynamiser et donner un second souffle à une ville qui se meurt asphyxié par des années de copinage, de conflits d’intérêts et de non-dit.

Et quand, des gens ont le malheur de vouloir sortir du rang en présentant une autre vision pour notre développement on s’empresse de leur demander de rentrer dans le rang.

Je m’excuse, mais la dernière chose dont on a besoin présentement pour réagir à l’urgence climatique ou la situation financière de la ville de Saguenay ou la dévitalisation de la région c’est bien une gang de mouton qui suit en rang jusqu’à l’abattoir.

Donc, il faudrait peut-être arrêter de nous prendre justement pour des moutons !

Vous pensez réellement que le numérique a causé les problèmes que vivent les médias ? Non, le numérique a juste permis aux gens d’avoir accès à une diversification de l’information et vous avez perdu par le fait même de la crédibilité.

Défi aux médias !

Alors je lance un défi à nos médias : sortez de votre zone d’influence (si elle existe encore) et de confort, mettez-vous en danger, commencez à faire du véritable travail journalistique (y’a-t-il quelqu’un qui aurait le courage de faire un dossier complet  sur la saga du projet Blackrock?)  et s’il vous plait informez-vous sur ce qui se passe présentement sur notre belle petite planète.

Reconnectez-vous avec la population et surtout avec nos jeunes qui sont notre avenir.

Le temps presse pour réagir aux défis qui nous attendent et présentement il n’y a aucun signe dans notre région d’une vision qui soit réellement porteuse d’espoir.

Alors je vous le demande, faite comme le Guardian, osez-vous positionner afin que d’autres voix se fassent entendre et surtout pour que nos enfants aient un futur beaucoup plus intéressant que celui qu’on nous leur proposons présentement.

Peace !