Pour la seconde partie du Datavore 2020, que ce soit Solotech, PSP et la Caisse de dépôt et placement du Québec ont unis leurs voix pour mentionner que le traitement des données est au cœur de leurs décisions.

L’entreprise de divertissement mondiale, Solotech qui existe depuis 43 ans avec 1 400 employés, ont pris voici quelques années un virage numérique lors de l’arrivée de Martin Tremblay, anciennement de chez Ubisoft, en amenant le traitement des données.

Très rapidement, il réalise qu’il manque une pièce à l’échiquier de la croissance. En effet, Solotech possède plus de 300 M$ d’équipement techniques et personne ne pouvait assurer la bonne performance de ce parc. C’est alors qu’il décide de créer un petit groupe dédié exclusivement à cette problématique. Pour le nouveau PDG, les objectifs étaient clairs : maximiser les revenus du parc d’équipement, augmenter le taux d’utilisation des actifs et disposer d’équipements non performants.

Pour changer cette culture d’entreprise, il met en place cinq facteurs clés de succès : crédibilité, pertinence, rapidité, fusion avec les opérations et multidisciplinarité. Pour se donner les moyens de leurs ambitions, le groupe devient propriétaire des équipements techniques et a donc le dernier mot sur les décisions entourant l’achat neuf ou usagé, vente usagée, les assignations et la sous-location.

En suivant l’une des devises développées par Amazon qui est le biais de l’action, Solotech a changé sa façon de réaliser des affaires en misant sur un tableau de bord qui permet de connaître la rentabilité d’une simple vis.

CDPQ et PSP

Pour leur part, Alexandre Synnett (CDPQ) et David Ouellet (PSP) ont également expliqué que leurs deux institutions d’États investiront dans les prochains mois avec l’aide de l’analyse des données pour un investissement à long terme.

Pour la CDPQ, la transformation numérique a eu lieu en développant un concept d’intelligence augmentée. D’ailleurs, une dextérité numérique s’est mise en place pour l’institution provinciale qui gère 327 milliards de dollars dans son portefeuille.

Enfin, le fonds de pension fédéral (PSP), l’analyse de données a été un véritable nouveau vecteur de changement. Mentionnons que l’institution gère 180 milliards d’actifs dans quatre pays.