Au terme des trois jours du Web à Québec, les participants se sont entendus pour dire que l’édition 2019 a été couronnée de succès. 

En collaboration avec Jennilie Gagnon

Les participants ont amorcé la journée avec un discours sur comment l’utilisation des opinions personnelles et le machine-learning va influencer les partis politiques dans le futur. À l’aide d’une plateforme qui s’adapte selon les diverses réponses des participants, les futurs partis pourront mieux comprendre les besoins et les réalités des citoyens.

Ensuite, le sujet des interfaces vocales est abordé. Avec les assistants vocaux de plus en plus nombreux et présents, tels que Siri, Google Assistant et Alexa, il faut savoir tirer son épingle du jeu en produisant des produits pertinents et accrocheurs facilitant la vie des usagers. Joël Auchu de chez lg2 nous explique les meilleures pratiques afin de bien développer ces applications.

Parlons maintenant de la publicité dans le monde d’aujourd’hui. Domenico Micheletti est un consultant qui a travaillé à l’éboration d’un nouveau plan numérique publicitaire pour le journal Le Devoir. Comment faire pour survivre dans un monde où la presse papier disparait de jour en jour? Trucs et exemples sont montrés afin de démontrer l’approche du Devoir.

Photo : Jennilie Gagnon

Après le diner, nous avons droit à une présentation à propos de la sauvegarde de données dans l’ADN, un processus maintenant possible. Comme de plus en plus de données sont utilisées mondialement, nous avons besoin de nouveaux outils de storages. Dina Zielinski de l’Institut Curie nous explique comment ils ont réussi à encrypter, à sauvegarder et à télécharger des données dans des particules d’ADN.

Ensuite, nous assistons à une conférence de Yansou Girard, une designer UX de chez WIX. Elle nous parle de comment Wix créent des designs centrés sur les utilisateurs dans une plateforme libre-service, en prenant en compte le niveau d’expérience de ceux-ci. En segmentant les services, ainsi qu’en utilisant l’intelligence artificielle, Wix veut faire en sorte que les futurs créateurs de site soient autonomes, et ça, le plus simplement possible.

L’avant-dernière présentation de la journée est celle de Ben Hulse, un designer responsable de l’identité visuelle de l’Équipe olympique canadienne, ainsi que plusieurs autres marques canadiennes sportives. Il nous explique comment créer des images de marque qui perdurent et qui sont facilement reconnaissables, tout en restant efficaces.

Photo : Jennilie Gagnon

La dernière conférence de l’événement est celle de Vitaly Friedman, un des cofondateurs du site Smashing Magazine. Sa présentation consiste à nous faire sortir de notre zone de confort et d’essayer de redonner de la créativité aux sites web d’aujourd’hui, qui sont souvent très semblables. Avec des exemples cocasses et originaux, il nous montre comment des petits détails peuvent changer une expérience complètement.

Pour Jennilie Gagnon de DEVICOM qui a assisté à l’ensemble des trois journées du WAQ, elle ressort de cet événement avec le sourire aux lèvres : « Ce fut 3 jours mémorables, avec beaucoup de points forts et qui inspirent les gens qui y participent. On ne peut pas ressortir inchangés de cette expérience. Longue vie au WaQ », a-t-elle mentionné.